Définitions

Thérapie définitions

Vous êtes intéressés par une thérapie, et certains mots ou expressions ne vous semblent pas très clairs ?

A première vue, vous voulez comprendre les particularités des mots utilisés dans le langage de la thérapie. 

De même, vous voulez savoir quel praticien peut être associé à tel trouble et/ou thérapie.

Également, vous cherchez aussi des brèves explications sur les méthodes et outils utilisés par les praticiens.

Ainsi, ce petit lexique va vous aider !

Quelques définitions :

Thérapeutes :

Psychiatre :

Le psychiatre est un médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie. Il a donc une formation médicale et s’est spécialisé en psychiatrie polyvalente.

Le psychiatre établi un diagnostic, traite et tente de prévenir les maladies mentales, les troubles psychiques et les désordres émotionnels d’origine organique, affective ou situationnelle. Entre autre, il peut s’agir de : névrose, psychose, phobie, schizophrénie, dépression, angoisse, maladies psychosomatiques, etc.

C’est un médecin, il peut donc prescrire des médicaments.

Psychologue :

Professionnel de la psychologie, il intervient dans tous les domaines de la société (éducation, santé, social, travail, sport, etc.).

Le psychologue préserve, améliore le bien-être ou la qualité de vie de l’individu et sa santé psychique, développe ses capacités ou favorise son intégration sociale.

Psychopraticien :

Il exerce une activité professionnelle relative au psychisme. Le psychopraticien travaille dans le domaine du savoir, savoir-faire, savoir faire-être de la psychothérapie relationnelle.
Son métier est encadré par cinq critères :

  • Avoir suivi une psychothérapie ou psychanalyse personnelle approfondie,
  • Avoir suivi une formation théorique et pratique de haut niveau,
  • Être en supervision systématique de sa pratique professionnelle,
  • Respecter un code de déontologie,
  • Bénéficier de la reconnaissance de la qualité professionnelle de son activité par des pairs.
Psychothérapeute :

il s’agit de la personne qui accompagne la ou les personnes souffrant de problèmes psychologiques.

Le psychothérapeute est tenu à respecter l’identité des patients, la confidentialité des échanges.

Dans le cadre de la thérapie, il doit avoir une attitude neutre, dans l’absence de jugement, la non-directivité et la bienveillance.

Thérapeutiques :

Psychiatrie :

La psychiatrie traite les maladie mentales, de la prévention, du diagnostic au traitement.

Ce traitement peut être psychologique (psychothérapie par exemple) et/ou médicamenteux.

Psychologie :

Terme générique, du grec psukhê, âme, et logos, parole.

La psychologie étudie scientifiquement le psychisme (structure et fonctionnement) et les comportements.

Elle se divise en plusieurs branches d’étude théoriques et pratiques. La psychologie a des applications thérapeutiques individuelles ou collectives, sociales, et parfois politiques ou morales.

En premier lieu, elle prend en compte les manifestations de la subjectivité. Ensuite, elle décrit, évalue et explique les processus mentaux dans leur ensemble.

Autrement dit, la psychologie est la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d’une personne et des manières de penser, de sentir, d’agir qui caractérisent un individu ou un groupe.

Psychothérapie :

Le traitement ou l’accompagnement par un professionnel formé à diverses techniques est la psychothérapie.

Cette thérapie est basée principalement sur l’établissement d’une relation interpersonnelle entre le patient et le thérapeute dans le cadre précis d’un contrat explicite.

Outils thérapeutiques :

EFT (Emotional Freedom Techniques) :

L’EFT est une thérapie brève. Elle vise à alléger les souffrances émotionnelles et psychiques.

Plus précisément, c’est une technique basée sur une forme d’acupuncture (tapotement avec les doigts).

Hypnose Ericksonienne :

L’hypnose Ericksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson (1901-1980).

Essentiellement, son but est d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution du problème.

Cette forme d’hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne : thérapie familiale, thérapie brève (stratégique, systémique), Programmation Neurolinguistique (PNL) …

Méthode Jacobson :

En 1928, le médecin américain Edmund Jacobson expérimente le rapport entre la détente musculaire et l’activité émotionnelle a l’aide de relevés myographiques. Par ailleurs, il a mis au point le neurovoltmeter, un appareil pour mesurer l’activité électrique du muscle.

Il se rend compte que si un geste est pensé, visualisé mais non effectué, le signal électrique a la même forme que si le geste est accompli. Cependant, l’intensité du signal est trop faible pour activer le muscle. Plus précisément, il note que le profond relâchement musculaire abaisse l’activation émotionnelle.

En résumé : d’une part, un geste peut être soit pensé soit effectué, le signal nerveux sera le même. D’autre part, la détente musculaire suscite la détente mentale.

Ainsi est née la méthode d’entraînement mental qui consiste à décomposer mentalement un geste sportif ou technique avant de l’effectuer réellement.

La sophrologie utilise la méthode Jacobson afin d’inviter la personne à imaginer un état positif ou une performance. Ceci se réalise dans un état sophroliminal, ou état alpha.

D’autres méthodes découlent de la méthode Jacobson :

  • Martenot et Feldenkrais, orientées kinesthésique, qui préconisent d’imaginer les sensations d’un mouvement avant de l’effectuer. Cette méthode est utilisée en rééducation fonctionnelle.
  • Lanning, pour les sportifs. Selon Lanning, l’efficacité de la méthode est en lien direct avec le moment de la compétition.
PNL (Programmation Neurolinguistique) :

La Programmation Neurolinguistique a été créée en 1975 aux États-Unis par Richard Bandler et John Grinder.

La PNL est un ensemble coordonné de connaissances et de pratiques dans le domaine de la psychologie.

Elle est fondée sur une démarche pragmatique de modélisation, en ce qui concerne la communication et le changement.

On utilise la PNL pour changer nos anciens schémas mentaux et en conséquence trouver plus d’assurance dans la vie. Ainsi, elle optimise notre potentiel énergétique et créatif.

La Programmation Neurolinguistique s’acquiert par des formations dédiées, encadrées par un code de déontologie et une éthique professionnelle spécifique.

Systémique :

La systémique consiste en une approche globale du problème du patient.

Elle considère que le symptôme que présente le patient résulte du dysfonctionnement de l’ensemble de l’environnement dont il fait partie intégrante.

Globalement, le comportement de l’individu se conforme et s’adapte au comportement de la famille, du groupe ou du système auquel il appartient.

Training autogéne de Schultz :

Schultz, médecin allemand, a mis au point sa méthode entre 1905 et 1932.

Pour lui, l’entraînement (training) autogène est une pratique d’autohypnose. Cette technique réduit les tensions et le stress.

Le training autogène peut s’appliquer au cours de séances de psychothérapie, de sophrologie, en présence de maladies psychosomatiques, et dans d’autres domaines où la gestion du stress induit de la relaxation et de la détente.

Plus précisément, sa méthode se décompose en cinq phases, c’est à dire : pesanteur, chaleur, organique, cœur et respiration. De surcroît, chaque étape doit être assimilée avant de passer à la suivante.

Notons que cette technique peut se pratiquer soit allongé, soit assis.

Concepts :

Anamnèse (du grec anamnêsis = souvenir) :

Le thérapeute recueille des renseignements en interrogeant un patient sur son histoire personnelle. Autrement dit, l’anamnèse est tout simplement l’ensemble de ces renseignements.

Pattern :

Le mot anglais “pattern” est souvent utilisé en thérapie pour désigner un modèle, une structure, un motif reproductible. Au sens littéral du terme, un pattern est un “patron” un peu comme en couture. De ce fait, on utilise ce terme pour évoquer des schémas pré-établis, utilisables, reconnus et connus.

Transposé à la psychologie, on pourrait donc en déduire qu’il s’agit de mécanismes que la plupart des personnes adoptent face à une situation donnée. Il s’agit souvent d’un phénomène, d’une organisation que l’on peut observer de façon répétée dans les comportements de certains sujets.

Psychotrauma :

C’est l’effraction du psychisme et le débordement de ses défenses, d’une personne ou d’un groupe de personnes exposées à un ou plusieurs événements traumatiques ayant menacé leur intégrité physique et psychique.

Cet ou ces événements ont provoqué une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur, avec pour conséquences des troubles psychiques en lien avec ces événements traumatisants.

Résilience :

à l’origine, c’est un terme de physique. Il s’agit de l’aptitude d’une matière à reprendre sa forme après un choc (carton, métal).

Un patient peut être touché par un événement traumatique. Dans le cadre de la thérapie, cette personne est amenée à considérer la cause de l’événement traumatique.

Essentiellement, la résilience lui permettra de se reconstruire et de quitter l’état de stress post-traumatique.

Soumission (peur) :

Se soumettre involontairement qu’on ait ou non le choix, par peur d’être puni, rejeté, abandonné.

Soutien :

Il s’agit d’un objectif thérapeutique n’utilisant pas une théorie ou une technique clairement définie.

En préalable à une psychothérapie, le soutien aide la personne à supporter ses symptômes ou ses souffrances.

Ensuite, le thérapeute est en mesure d’aider son patient avec la théorie et la technique la mieux adaptée à sa problématique ou à le rediriger vers le thérapeute le plus à même de l’accompagner.